Echange avec la secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie

La patronne de l’OIF, Louise Mushikiwabo, a échangé ce vendredi 22 mars avec près d’un millier d’étudiants de l’Université Protestante au Congo. Ces échanges ont notamment tourné autour du numérique comme principal outil de travail surtout pour la jeunesse aujourd’hui. « Le numérique est une révolution, c’est un atout qui doit être à la portée de la jeunesse. Il se trouve à l’intersection du savoir, de l’information, de l’éducation, de l’emploi et du partenariat. C’est un outil qui ouvre les horizons pour la jeunesse », a déclaré Mushikiwabo aux étudiants.

Elle a révélé que l’OIF a un projet qui sera en discussion avec les Etats et les sociétés d’informatique pour plus d’accès au haut débit d’internet rapide. Car, selon elle, « sans l’accessibilité d’internet, il est pratiquement impossible pour la jeunesse de pouvoir s’épanouir et avoir tous les avantages qui viennent avec le numérique ».

Louise Mushikiwabo dont son pays, le Rwanda, est tourné vers l’anglais a précisé que la promotion de la langue française ne vise pas à anéantir les langues locales. Cette conférence avec les étudiants est placée dans le contexte de la journée internationale de la francophonie célébrée le 20 mars dernier sous le thème : « En français… S’il vous plait ». « C’est une manière taquine de rappeler aux francophones que ce qu’on peut dire en français, pourquoi le dire dans une autre langue ? L’idée de dire “ En français s’il vous plaît” n’est pas pour abandonner nos langues traditionnelles mais c’est justement pour que la langue française qui commence à perdre de la vitesse dans certaines zones et régions ne continue pas à perdre cette vitesse. C’est aussi un sursaut surtout par rapport à la langue anglaise. Nos langues traditionnelles et maternelles sont très valorisées par la francophonie », a-t-elle expliqué.

L’échange s’est clôturé par une série de questions et réponses entre la SG Louise Mushikiwabo et les étudiants.